Docteur Eric Rondini Gilli

Rhinoplastie

La chirurgie plastique et esthétique du nez modifie la morphologie de la pyramide nasale soit partiellement, soit dans son ensemble. Je serai votre référent pour ce geste chirurgical avec le  Docteur JM Rondini.

  • Principes
  • Le principe est de modeler l’os et le cartilage constituant la structure solide du nez.
    La peau recouvrant le nez se re-drape grâce à son élasticité sur cette nouvelle charpente.
    Lorsqu’une obstruction nasale gênant la respiration existe, elle sera traitée dans le même temps opératoire.
    L’intervention est possible dès la fin de la croissance vers 17-18 ans.
  • Avant l'intervention
  • Les motivations et les demandes du patient sont analysées. Une étude attentive de la pyramide nasale et de ses rapports avec le reste du visage aura été faite. Le médecin propose alors le programme opératoire, véritable check list de l’opération.
    Le médecin anesthésiste qui sera vu en consultation prescrira un bilan pré-opératoire. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

  • Types d'anesthésie et modalités d'hospitalisation
  • Habituellement l’intervention se pratique sous anesthésie générale.
    Une hospitalisation de 24 h est habituelle. Avec une entrée le matin à jeun et la sortie est autorisée le lendemain.

  • L'intervention
  • Incisions
    Elles sont dissimulées, le plus souvent à l’intérieur des narines. Des incisions externes sont parfois nécessaires: soit cachées à la base des ailes du nez si l’on doit réduire la taille des narines ; soit en travers de la columelle (pilier séparant les deux narines) afin de réaliser une rhinoplastie « ouverte » (permettant de découvrir l’infrastructure nasale) utile quand les déformations sont importantes ou s’il s’agit d’une reprise chirurgicale.

    Dissection
    A partir de ces incisions, la charpente osseuse et cartilagineuse va être isolée en décollant la peau qui la recouvre à l’extérieur et la muqueuse qui la tapisse à l’intérieur.

    Rectifications
    L’infrastructure ostéo-cartilagineuse dégagée est modelée selon le programme établi. On peut rétrécir un nez trop large, enlever une bosse, corriger une déviation, affiner une pointe, raccourcir un nez trop long, redresser une cloison ou réduire des cornets gênants… Parfois, des greffons cartilagineux ou osseux sont utilisés pour combler une dépression, soutenir une portion du nez ou améliorer la forme de la pointe.

    Sutures
    Les incisions sont refermées avec des fils le plus souvent résorbables.

    Pansements et attelles
    Les fosses nasales peuvent être méchées. Un pansement modelant est appliqué à la surface du nez à l’aide de petites bandelettes adhésives. Une attelle de maintien et de protection en plâtre est moulée et fixée sur le nez.
    L’intervention dure de 45 minutes à deux heures

  • Les suites opératoires
  • Les suites sont peu douloureuses et c’est plutôt l’impossibilité de respirer par le nez (du fait de la présence des mèches) qui constitue le principal désagrément du premier jour.
    Au niveau des paupières, l’apparition d’un œdème (gonflement) et d’ecchymoses (bleus) est habituelle. Il est recommandé de se reposer et de ne faire aucun effort les jours suivant l’intervention. Les mèches sont ôtées le lendemain de l’intervention. L’attelle est retirée vers le 8ème jour.

    Le nez est encore assez massif du fait de l’œdème et une gêne respiratoire sera encore présente, due au gonflement de la muqueuse et à la formation possible de croûtes dans les fosses nasales.

    Les stigmates de l’intervention vont s’atténuer progressivement, permettant le retour à une vie normale après quelques jours (10 à 20 jours selon l’ampleur des suites). Les sports et activités violentes sont à éviter les 3 premiers mois.

  • Le résultat
  • Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour avoir un bon aperçu du résultat et l’aspect définitif ne sera obtenu qu’un an après l’opération.
  • Les imperfections de résultat
  • Lors de la consultation le médecin anesthésiste vous informera des risques anesthésiques.

    - Saignements. Ils sont possibles les premières heures mais restent habituellement très modérés. Quand ils sont trop importants cela peut justifier un nouveau méchage plus poussé, voire une reprise au bloc opératoire.

    - Hématomes. Ils peuvent nécessiter une évacuation s’ils sont volumineux ou trop douloureux.

    - Infection. Malgré la présence naturelle de microbes dans les fosses nasales, elle est très rare.

    - Cicatrices inesthétiques. Elles ne peuvent concerner que les cicatrices externes.

    - Atteintes cutanées. Les plaies ou érosions cicatrisent spontanément sans laisser de traces, contrairement aux nécroses cutanées, heureusement exceptionnelles, qui laissent souvent une petite plage cicatricielle.

docteur-eric-rondini_rhinoplastie_02docteur-eric-rondini_rhinoplastie